Histoire du Musée

Arnay le Duc et la Maison Régionale des Arts de la Table.


ARNAY LE DUC est une charmante petite localité médiévale située au cœur de la Bourgogne entre Paris et Lyon, au passé historique très riche et à la gastronomie réputée. La situation géographique plaide en faveur de la Maison Régionale à Arnay le Duc, c’est à mi- chemin de la côte vineuse et du Morvan. Les villes les plus proches sont Dijon à 55 km, Beaune à 35 km, Autun à 27 km et l’A6 à Pouilly en Auxois à 17 km. La Maison Régionale des Arts de la Table Réalisation unique en France, premier musée consacré totalement à notre alimentation, celle de tous les jours et celle des tables de fêtes. Portieux XXemeLa Maison Régionale des Arts de la table propose à tous, Bourguignons et amis de passage, une découverte ou une redécouverte de cet art de la table que la précipitation permanente ne nous permet pas d’apprécier comme il convient. Depuis 1981, la Maison Régionale des Arts de la Table ouvre ses portes pour une exposition de plus de 7 mois organisée autour des éléments essentiels de l’art de vivre : l’alimentation, la gastronomie, la gourmandise…et surtout les arts de la table. Un peu d’histoire…. celle de la Maison Régionale L’ancien hospice d‘Arnay-le-Duc, appelé « Domus Dei Arneti » est signalé dès le XIIIème siècle. Un arrêt de la cour du parlement, daté du 15 juin 1599, constate l’existence de cet établissement hospitalier alors implanté en bordure de l’Arroux à droite en aval du pont Saint Jacques qui enjambe cette rivière. Cet hôpital comportait 8 lits destinés aux pauvres et était desservi primitivement par 2 femmes laïques puis par 3 sœurs religieuses de l’hôpital de Beaune. A 100 mètres de son emplacement primitif, sur l’autre rive de l’Arroux, on édifia de 1693 à 1695 le bâtiment actuel de l’hôpital Saint-Pierre, d’après les plans et sous la direction de Claude et François Boituzet, architectes à Autun. La première pierre en fut posée par Emiland Bonnard, secrétaire du roi et maire d’Arnay en 1681. Les bâtiments actuels ont été construits vers 1693 pour le prix de 6000 livres. Douze lits de malades y furent installés et confiés aux soins de 4 religieuses de l’ordre de Sainte Marthe de Beaune. Pendant 3 siècles, les religieuses assurèrent le fonctionnement de cet établissement. La rotonde de la chapelle fut ajoutée en 1873. Dans le choeur, sont inhumés les aumôniers de l’hôpital et dans la chapelle, les supérieurs. En 1977, les derniers malades sont transférés dans le nouvel hôpital d’Arnay-le-Duc, d’où l’idée de faire la Maison Régionale des Arts de la Table dans les anciens hospices. Le portail d’entrée, les grilles intérieures, les façades et toitures du pavillon des gardiens, du bâtiment de l’hospice et du pigeonnier furent classés le 8 décembre 1981. Originalité du site: Cette maison vivante accueille périodiquement des expositions d’exception.